Combien de temps dure un recrutement en France ?

« Ça fait 5 jours que j’ai envoyé ma candidature et toujours pas de réponse. C’est mort, non ? », « Combien de temps après mon entretien dois-je relancer le recruteur ? »,… Ces questions, tous les candidats se les posent et c’est bien normal car il est difficile de connaître les pratiques des entreprises françaises en matière de recrutement. Mais vous allez enfin pouvoir en savoir plus sur ce sujet grâce à la dernière étude européenne publiée par le cabinet de recrutement Robert Half.

Durée d’un recrutement
      Cette enquête nos apprend que la majorité des recrutements en France se déroule sur 2 à 5 semaines. En effet, pour 29 % des employeurs le processus de recrutement se fait sur 2 à 3 semaines et pour 30 %, il s’étale sur 4 à 5 semaines. Des chiffres dans la moyenne européenne.
      Les recruteurs qui se décident vite sont beaucoup plus rare. Ils ne sont que 8 % à déclarer embaucher en 1 semaine ou moins. En revanche, 15 % font durer le plaisir avec des processus de recrutement de plus de 10 semaines !

Nombre d’entretiens pour un candidat
      Autre tendance du processus de recrutement : la multiplication du nombre d’entretien pour un même job. Un phénomène que l’étude Robert Half illustre très clairement. Ils ne sont que 15 % à prendre leur décision finale après un seul rendez-vous. Pour 57 % des employeurs français, il faut 2 ou 3 entretiens avant qu’un candidat puisse décrocher un poste.
      La difficulté avec cette augmentation du nombre d’entrevues, c’est qu’il faut convaincre à chaque fois des interlocuteurs différents qui ont tous un poids importants dans la décision finale. En effet, 30 % des entreprises interrogées par Robert Half pensent que le responsable du service est le plus impliqué dans le processus, juste devant le responsable des ressources humaines qui est, pour 25 % des répondants, le décisionnaire prépondérant. Il ne faudrait pas non plus oublier la direction qui se révèle être pour 21 % des entreprises françaises l’entité décisive dans une nouvelle embauche.

Nombre de concurrents
En France, comme dans le reste de l’Europe, le nombre de candidats qui arrivent en short-list, c'est-à-dire à la dernière étape de sélection, sont nombreux. 28 % des recruteurs retiennent 4 à 6 candidats dans leur sélection finale, 16 % sélectionnent 7 à 10 personnes et 12 % se laissent le choix avec des short-list de 11 à 20 profils

-Source : Keljob.com-